Mélancolie(s)

Dans Mélancolie(s) on retrouve le cadre des Trois Soeurs et le drame d’Ivanov : tout juste un an après la mort de leur père, deux soeurs et leurs frères fêtent l’anniversaire de la cadette, Sacha, mariée à Théodore, dans la joie de vivre. 

Nos deux reporters, Lilah et Camille ont adoré, voici leurs critiques.

 

Le collectif In Vitro :

 

Le collectif In Vitro a été créé en 2009. Il regroupe une dizaine de comédiens autour d’une artiste associée au théâtre de Lorient, Julie Deliquet, la metteure en scène de cette création. Le thème principal abordé par ce collectif est l’héritage générationnel, notamment à travers les idéologies laissées par la génération de mai 1968.

Pour illustrer ce thème, ils ont monté 4 pièces : La Noce de Brecht, Derniers remords avant l’oubli de Jean-Luc Lagarce et enfin Nous sommes seuls maintenant, ainsi que Catherine et Christian, leurs créations collectives.

Cette saga familiale raconte 5 décennies à partir du mariage de parents dans les années 70 jusqu’à leur enterrement, de nos jours. Mélancolie(s) est la suite de cette saga, pour cette pièce, le collectif a imbriqué deux fictions du célèbre Anton Tchekhov : Ivanov et Les Trois Soeurs.

 

 

L’histoire de la pièce :

 

Dans Mélancolie(s) on retrouve le cadre des Trois Soeurs et le drame d’Ivanov : tout juste un an après la mort de leur père, deux soeurs et leurs frères fêtent l’anniversaire de la cadette, Sacha, mariée à Théodore, dans la joie de vivre. Olympe, la soeur aînée, est médecin et Camille, le frère, est l’espoir et la fierté de la famille car on lui a proposé un poste d’ambassadeur. Se joignent à eux Natacha, fiancée de Camille, et Nicolas, un ancien ami du père décédé, accompagné de sa femme Anna et de son associé Louis. Nicolas verra bientôt sa vie partir en ruines : sa femme tombe malade, il n’a plus d’argent, il devient irritable violent…

 

Après la mort d’Anna et la naissance du fils de Camille et Natacha, Sacha quitte Théodore pour se marier avec Nicolas. Celui-ci ne supporte plus de vivre et met fin à ses jours le soir même. Dans cette pièce, les personnages sont partagés vis-à-vis du comportement de Nicolas, ayant trompé sa femme avec Sacha et laissant son entreprise s’éteindre. Les repères sont totalement embrumés dans un climat de violence et de désespoir. Julie Deliquet commentera « nous ressentons collectivement une impuissance agir sur ce monde est une angoisse d’être agi par lui. »

 

 

Notre avis :

 

- Lilah :

La pièce m’a beaucoup plu, surtout la complexité des personnages, avec leurs choix qu’ils sont parfois incapables d’expliquer, et cet homme frappé par une impuissance totale sur sa vie, son argent, ses humeurs, ses propres actes... J’ai été très touchée par l’interprétation du personnage de Nicolas, il a transmis des émotions très fortes, en nous faisant passer du rire aux larmes, avec une atmosphère chargée de violence. La scénographie était très explicite sans être trop figurative : des éléments simples, qui laissent place à l’imagination du lecteur sans pour autant perdre de la précision, car le cadre de chaque scène était toujours très clair. L’intégration de vidéo et de musique dans les transitions a beaucoup dynamisé la pièce. J’ai adoré!

 

- Camille :

Pour une première au théâtre, Mélancolie fut une réelle surprise. J’étais sceptique au départ, je me suis laissé tenter par l’opportunité d’une découverte et je n'ai pas été déçue.

La pièce est prenante, on ne voit pas le temps passer. Peu de décors et très simple, ce qui permet d’éviter le côté « surfait » de la pièce.

Les acteurs jouent merveilleusement bien, chaque émotion est bien ressorties et mise en valeurs progressivement, amenant la dépression du personnage à une folie totale.

C'est une pièce dramatique mêlée avec un peu d’humour, d'amour et de trahison bref un mélange dont on ne se lasse pas.

 

 

Lilah et Camille et dessin de Lucie