Interview des comédiens de la pièce de théâtre « LES ADOS »

De passage à l'Océanis de Ploemeur pour la représentation de leur pièce, nous avons rencontré Pascal BuilLola Dubini  et Jason Rolland.

Le spectacle existe depuis 12 ans à peu près mais cela fait environ 3 à 4 ans que ces comédiens ont pris la relève !

Voici notre interview

 

Vous avez une quinzaine de dates en tournée par an, et sur Paris, vous avez joué environ 400 fois cette pièce. Pendant encore combien de temps  allez- vous la jouer ?

On ne sait pas trop car le casting change souvent, pour laisser la place à d’autres. Il y avait par exemple, William Lebghil qui jouait avant dans les ados et après dans Soda, mais aussi Thomas Solivéres. Un jour, malheureusement on ne jouera plus cette pièce, mais on passera le flambeau à d’autres ados.

Combien de temps ça vous a pris pour la préparer ?

À chaque fois qu’il y a de nouveaux comédiens, il y a réécriture. Par exemple, Lola, quand elle est arrivée il n’y avait pas encore de rôle de fille. Il a donc fallu tout réécrire pour qu’elle ait un rôle et féminiser la pièce. Cela nous a donc pris 2 semaines de réécriture, 3 semaines pour l’apprendre et la répéter.

Avez-vous une anecdote à nous raconter sur la tournée ?  

Une fois, on devait jouer dans une salle après les vœux du maire qui ont duré plus longtemps que prévu. Il n’y avait que des personnes âgées alors que c’est une pièce pour ados. De plus, Jason devait jouer son one man show à 19 h à Paris et du coup on avait plus que 1h pour jouer notre spectacle, alors qu’il dure 1h20. Jason a dû partir 20 minutes avant la fin. Par conséquent, on a dit qu’il était mort et nous avons dû improviser le reste de l’histoire. Mais le pire c’est qu’il n’est pas revenu pour les saluts. Cette date c’était la pire et la meilleure parce qu’on a bien rigolé quand même.

Il vous arrive souvent d’improviser ?

Non, on n’a pas trop le droit parce qu’on est trois. Si l’un d’entre nous change l’histoire alors on peut être en difficulté et faire rater tout le reste du spectacle. Par exemple, la semaine dernière le remplaçant de Jason a dit quelque chose hors texte. Si on le suivait on allait perdre 20 minutes alors on a blagué sur le fait qu’il se soit trompé. Sinon, il nous arrive d’improviser une vanne ou deux avec le public ce qui rend interactif le spectacle. D’ailleurs, à un moment, Pascal joue le rôle d’une fille au téléphone et un homme pris au hasard dans le public doit répondre. A partir de là, Pascal improvise en fonction des réponses. Le risque c’est qu’une fois un homme a dit une vanne très en dessous de la ceinture alors qu’il y avait de nombreux enfants dans la salle. A partir du moment où les spectateurs entendent ce qu’un autre spectateur dit, on est obligé d’improviser mais sans faire changer l’histoire.

Quand vous étiez Ados, est-ce que vous étiez les mêmes que les personnages que vous jouez maintenant ?

Oui, on était pratiquement pareil que dans la pièce. Car ados, on avait tous un complexe, que cela soit le poids, les boutons, les oreilles décollées ou même l’appareil dentaire. On les a encore et du coup on joue dessus. En effet, quand on est ado, on est confronté aux autres et on se découvre ainsi que notre corps. On arrive toujours à se trouver un complexe. Parfois, même les parents viennent nous voir et nous disent qu’eux-mêmes ont oublié comment ils étaient avant. C’était une période de leur vie et que maintenant, ils ont changé. Donc les ados s’identifient à nous et nous on essaie de décomplexer les ados.

Vous êtes jeunes ainsi que votre carrière, de quoi rêvez-vous dans le futur, Jason ?

 Moi je voudrai juste que mon one man show marche bien et être reconnu dans le milieu.

Et vous Pascal ?

Je voudrai juste vivre de ma passion toute ma vie, car je ne me vois pas faire autre chose. Et puis, si je pouvais être reconnu dans le métier c’est un plus mais je ne cherche pas du tout la notoriété. Si je peux juste laisser une marque, avoir joué tous les rôles possibles et imaginables.

En puis vous Lola ?

Je sais pas trop, je ne rêvais pas de faire ce métier dès le début. C’est vraiment venu tout seul et j’ai déjà je trouve fait pas mal de choses, entre « Incroyables talents », ma chaine YouTube qui marche super bien et les ados. J’ai eu beaucoup de chance et puis on verra ce qui m’arrivera plus tard.

Pour finir qu’est-ce que vous direz au gens qui ne vous connaissent pas, pour les motiver à venir vous voir ?

Venez, on vous aime, venez nous voir et au pire vous perdrez juste une heure de votre vie !!!

 

Interview réalisée par : Hugo Le Van et Simon Quillier