Under The Silver Lake

Under The Silver Lake : la croisière de rêves

 

Un voyage, tant étrange qu’incompréhensible, dans les tréfonds de la ville où tous les rêves sont possibles mêlant complots mondiales et insolubles mystères.

 

Réalisateur : David Robert Mitchell

Acteurs : Andrew Grafield (Sam), Riley Keought (Sarah)

Durée : 2h19 min

 

Synopsis

À Los Angeles, Sam, 33 ans, sans emploi, rêve de célébrité. Lorsque Sarah, une jeune et énigmatique voisine, se volatilise brusquement, Sam se lance à sa recherche et entreprend alors une enquête obsessionnelle surréaliste à travers la ville. Elle le fera plonger jusque dans les profondeurs les plus ténébreuses de la Cité des Anges, où il devra élucider disparitions et meurtres mystérieux sur fond de scandales et de conspirations.

 

Critique

David Robert Mitchell rend hommage à un bon nombre de cinémas différents dans son œuvre, laissant apparaître énormément de références dont les deux plus évidentes sont celles de Mulholland Drive de David Lynch et d'Alfred Hitchcock. On retrouve également des hommages au cinéma muet avec une musique prenant le pas sur les dialogues faisant avancer l'histoire.

Loin de la noirceur poétique du voyage dans Los Angeles que propose Lynch, Mitchell met en scène une version plus absurde et plus loufoque tout en étant personnelle.

Sam, génialement interprété par Andrew Garfield, n'est qu'un simple jeune homme sans sous plus intéressé par le sexe que par payer son loyer, en faisant l'amour dans une chambre vide face au poster de Kurt Cobain tout en regardant les infos à la télévision. Il passe ses journées à espionner ses voisines, tel Jeffries dans « Fenêtre sur cour » avec ce côté sexuel propre à Sam.

Cependant ce qui le passionne secrètement sont les mystères et les possibles mensonges que nous cacherait la société.

L'histoire va alors passer des mensonges qu'il raconte à sa mère au téléphone, sur ces journées intarissables de travail, à des mensonges cachés bien plus grands pour simplement retrouver une femme :

un vieux pianiste composerait depuis des années tous les tubes musicaux que nous connaissons tous ; des tombes égyptiennes permettrait à des personnes milliardaires entourés de filles d'aller mourir dans un au-delà inconnu afin de devenir des rois aux yeux des terriens du futur ; ou encore, un étrange meurtrier de chiens sévirait chaque nuit dans les rues.

Sans oublier la femme au masque de chouette qui semble apparaître lorsque des personnes sont proches de découvrir tous ces secrets dans le but de les assassiner.

Complètement farfelue, l'histoire, tourné sous forme de polar, va à droite et à gauche afin de nous perdre parmi toutes ces multiples questions que nous pose l'histoire et qui resteront jusqu'à la fin sans réponses. De nombreux messages présents dans le film laissent libre-places à nos interprétations tel que cette scène où un réalisateur bas de gamme regarde la projection de son film en présence de deux escortes girls actrices du film, tous adossés sur la tombe d'Hitchcock.

Pour ce qui est du reste du film, il n'y a rien à dire. Une grande maîtrise technique pour une image magnifique accompagnée de nombreuses prises de risques visuelles et d'une bande sonore qui sublime le film. Le film se permet même des passages animés en noir et blanc marquant une nouvelle fois cet univers unique et propre au film.

Ainsi, Under the Silver Lake surprend par sa folie mais nous fait voyager à travers nos émotions pour finalement nous émerveiller par cette beauté présente dans tous les domaines du film. Rien n'est vrai, rien ne compte, seules les sensations procurées sont vraies dans cette œuvre. A voir et tout de suite !

 

SSSSS

Léo et Manon