First Man

First Man : Le voyage de cette fin d’année !

 

Réalisateur : Damien Chazelle

Acteurs principaux : Ryan Gosling (Neil Armstrong) et Claire Foy (Janet Shearon)

Date de sortie : 17 octobre 2018

Durée : 2h22min

 

 

Après « Whiplash » ou encore « La La Land », Damien Chazelle recréé à sa manière le mythe du premier homme qui a marché sur la lune. Accompagné une nouvelle fois de Ryan Gosling, le duo semble inarrêtable dans la conquête non pas de l’espace mais de nos cœurs.

 

 

Il pouvait sembler étonnant qu’après ses films, tous orientés sur le domaine musical, Damien Chazelle choisisse de faire un film dans l’espace. Toutefois, il ne faut pas chercher bien loin pour remarquer la présence prépondérante de la musique dans ce film. C’est elle qui l’accompagne et le sublime avec une utilisation parfaitement maîtrisée. Parce que dans ce film il est question de maîtrise, tant musicalement que visuellement. Damien Chazelle innove des nombreux autres films sur l’espace en filmant caméra à l’épaule que ce soit sur Terre ou sur la Lune par exemple. Il n’y a que très peu de plans qui montrent les fusées de l’extérieur car la caméra se concentre sur ce qu’il y a à l’intérieur et plus précisément sur les regards. On retrouve de nombreux gros plans sur ces yeux pour être au plus près de l’action. A chaque voyage de Neil Armstrong, nous vivons une véritable épreuve où les bruits et les images se confondent pour créer une immersion comme il a été peu possible de vivre jusque là. Lors des voyages, nous sommes complètement perdu devant certains plans qui virent parfois à l’abstrait tant il est difficile de discerner ce qui est montré à l’écran à cause de ces omnipotentes secousses inarrêtables. Ces scènes sont physiques et littéralement à couper le souffle.

De plus, le film est aussi intelligent sur le côté familial, en dehors de ces expéditions loin du sol. Neil Armstrong est un père de famille qui est marqué à tout jamais par la mort de sa fille et qui, petit à petit, laissera sa famille de côté pour se concentrer pleinement sur son travail. Sa femme, génialement interprété par Claire Foy, vivra alors dans la peur de perdre son mari tandis que la presse est de plus en plus omniprésente. Cette ascension à la gloire est une épreuve redoutable pour cette famille habitué à sa tranquillité quotidienne, une ascension qui est marqué par le deuil tout le long de ce film. Neil perdra énormément de coéquipiers mais il ne se remettra jamais de la perte de sa fille ; une perte qui le suivra même jusqu’à l’apothéose de sa gloire lorsqu’il marchera sur la Lune. Le personnage de Neil apparaît assez froid avec ses fils, comme s’il ne se connaissait à peine. Ce sera à Janet, la mère, de forcer Neil à faire ses adieux à ses enfants au cas où il ne reviendrait pas de la mission Apollo. Neil ne pense pas à la gloire et il ne pense plus beaucoup à sa famille également, il ne pense qu’à réussir sa mission. Ryan Gosling est époustouflant dans son rôle même s’il continue de faire ce qu’il sait faire de mieux : incarner un personnage aux sentiments renfermés et jouer de façon minimaliste. Mais il est impossible de dire que Ryan Gosling est redondant tant la performance est parfaitement réalisée et tant elle apporte au film.

Le film se veut être le plus fidèle possible de la réalité des événements mais avec une certaine liberté artistique pour apporter un côté fictionnel. Les détails historiques et politiques sont toujours bien placés, sans jamais en faire trop. Il est important de noter l’utilisation des bruits métalliques des machines qui est également très poussée car elle amène une expérience qui se veut être proche de la réalité et l’immersion n’en est que meilleure. Tous les éléments sont bien utilisés mais le film présente un seul point négatif assez contrariant : sa construction, trop schématique et répétitive. Au bout de certaines missions, on se surprend à se lasser du côté familial pour seulement vouloir revivre de nouveaux un de ces voyages aériens terriblement jouissif. Comme si le film s’est fait piégé par ce qu’il avait de plus positif, à savoir l’immersion de ces voyages. Enfin cela ne se fait que faiblement ressentir sur la fin du film, ce qui n’enlève en rien à sa prestation générale.

« First Man » n’est pas une œuvre révolutionnaire sur l’espace mais est un très bon film réalisé de manière très intelligente et sublimé par un grand casting ainsi qu’une utilisation de la musique et des sons très intéressantes. A voir dans les salles et d’urgence !

 

Note : SSSsS (traduction 3.5/5)

Critique de Léo