Les Animaux fantastiques : Les Crimes de Grimdelwald

Durée: 2h13

Nationalité: Américo-britannique

Réalisateur: David Yates

Genre: Drame/Fantaisie

 

Acteurs:

Eddie Redmayne: Norbert Dragonneau

Katherine Waterston: Porpentina Goldstein

Dan Fogler: Jacob Kowalski

Johnny Depp: Gellert Grimdelwald

Jude Law: Dumbledore

 

Synopsis

Le célèbre Gellert Grindelwald, ancien ami de Dumbledore et criminel de renom, s'echappe. Son but est de réunir des partisans pour détruire la paix régnant entre les sorciers et moldus. Seul Dumbledore semble en mesure de l'arrêter mais fait appel, contre toutes-attentes, à Nobert Dragonneau.

 

Critique

La suite du premier volet des Animaux Fantastiques, prend une tournure narrative considérablement différente de son prédécesseur. Ici, l'attention est concentré sur des personnages bien connus des fans de la saga Harry Potter. La relation entre Grimdelwald et le célèbre Albus Dumbledore n'est que mentionnée durant les sept volets composant l'histoire. Ainsi, Les Animaux fantastiques : les Crimes de Gimdelwald pouvait exciter les plus nostalgiques, avides de lever le voile sur ce passif tumultueux. C'est raté. Le scénario intègre des nouveaux personnages, se concentre dessus et tente, de façon bancale, de leur créer une histoire. Ainsi, l'histoire paraît s'enchaîner trop vite, variant les surprises et twists scénaristique qui n'ont finalement que peu d'impact dans l'immédiat. Malgré sa durée de deux heures et treize minutes, le film est trop ambitieux dans ses éléments à incorporer. Cela donne une impression d'enchaînement d'événements brouillons et peu clairs. Ce second opus ne respire à quasiment aucun moment. Aussi, il laisse présager une suite qui aura pour vocation de conclure cette histoire et il faut espérer une clarté accrue.

Le jeu d'acteur est bon, sans non plus rentrer dans la performance. Il ne faut pas oublier que l'écriture de certains dialogues peut nuire à la prestation du comédien. Le seul hic à noter du coté du casting est l'acteur qu'on ne nomme plus, Johnny Depp. Son jeu paraît froid, comme le personnage est sûrement sensé l'être, mais il est difficile de ne pas remarquer à quel point, hormis ce détail, il est vide. Gellert ne laisse transpirer aucunes émotions, afin de faire ressortir une personnalité calculatrice, mais à un point critiquable. L'acteur fétiche de Tim Burton tombe dans le sur-jeu de l'antagoniste antipathique, rendant le personnage inintéressant et cliché.

Les effets spéciaux, quant à eux, sont irréprochables. Comme on pouvait s'y attendre, certaines scènes sont à couper le souffle et visuellement somptueuse. Les musiques, immergées par l'influence de la bande-son d'Harry Potter, accompagnent cela à merveille. Certaines scènes peuvent être marquantes de par ces spectacles comme l'une à la conclusion du film.

En bref, le scénario est fouillis et déçois d'autant plus si le spectateur s'est créée une attente au préalable. Néanmoins, malgré cet aspect qui l’entache, le film reste distrayant, drôle et peut s'avérer touchant lors de certains passages clés.

 

Speednote: SSSSS

Kenan Emery