Review: Les Insolents 2017

Plus de 8.800 personnes, deux scènes et dix artistes, ce festival de musiques actuelles s’est déplacé pendant 19 ans : d’abord à Quimper, Morlaix, Brest puis Vannes pour enfin arriver à Lanester. Il accueille des artistes de tout genre : rock anglais ( Muse en 2001), métal ( Mass hysteria en 2005), chanson française ( Têtes raides en 2004)..Au printemps 2017 l'affiche était plutôt portée sur le reggae avec des artistes comme Tryo, Chinese Man, Yaniss Odua et Tairo...

 

Ça, c'était la petite histoire du rassemblement annuel des baboss en sarouel ( les uns vont-ils vraiment sans les autres ? ) dans la région Lorientaise. Vous voyez de quoi on parle ? Non ? Pourtant il existe depuis 1999  !  Nous on y était et, franchement, c’était cool. Alors, pour vous narguer, on va vous raconter l’édition automne 2017 du festival Insolent

Tout commence à 17h, dans l'immense file indienne de festivaliers impatients de rentrer. On fait comme tout le monde, on attend un peu, et un peu plus, et encore un peu plus.. Soudain la foule s'agite : ça y est, les grilles sont ouvertes. 

17h30 : la marée humaine se dirige vers l'entrée, on peut entendre des éclats de rire, des mélodies qui s'apprennent, voir des centaines d'yeux qui brillent et c'est toutes frétillantes d'excitation que nous  arrivons devant la sécurité. Vite vite, on s'empresse de cacher ses armes et de tendre sa place. 

18h00 : Nous y sommes, on retrouve les copains et c’est parti ! Le parc des expositions est submergé de 15-25 ans avides d’amusement. Nous n’aurons malheureusement pas le temps de tout voir : à 18h30 résonnent enfin dans le grand hall les premières punchlines du trentenaire marseillais, Deen Burbigo. Dans le petit hall le groupe de dub Lamalize It ( Gab et Antho, le duo finistérien) s’éclate sur scène.

20h00 - Au grand Hall monte sur scène le duo Toulousain de la soirée, les deux frères tant attendus : BigFlo & Oli. Un jeune du public eu l'honneur d’être invité à chanter sur scène avec les deux artistes.

22h00 - Grand Hall : Voilà, après 9 ans d’absence, Matmatah est de retour : fidèle à lui-même le groupe déchaîne les foules où même les non-initiés se lancent dans les pogos (rassurez-vous, rien de bien dangereux, je n’ai perdu qu’une cote ou deux). Au même moment se produisait Georgio le rappeur du 18eme.

Pause - Entre chaque concert les danseurs bénéficiaient d'une trentaine de minutes de repos, partout les gens dormaient, buvaient, couraient jusqu'au stand de nourriture pour être les premiers à goûter aux délicieux mets que nous avions là.. Petit bémol : qui dit festival dit bières, et qui dit bières dit toilettes et qui dit toilettes inondées en plein milieu de la soirée dit drame. 

23h45 – Dans le Grand Hall les seules notes reggae de cette édition se font entendre, Naaman est arrivé. Petite surprise à la fin du concert, alors que le public se déchaîne sur « Outta Road » apparaissent BigFlo & Oli pour un featuring étonnant . Dans le petit hall c’est Etienne de Crecy, un DJ Lyonnais qui jouait.

1H30 – Birdy Nam Nam le groupe d’électro psychédélique et Tambour Battant concluent en beauté le festival.

3h : On se rassemble autour d'un macdo au milieu de tout nos nouveaux copains de concert pour retrouver des forces, heureux d'avoir vécus cette belle aventure.

 

Koupa (photos de Manon)