Les Indisciplinées 2015 : de la joie et de la tristesse

Après la soirée d’ouverture, voir l’article de Nans, le festival des IndisciplinéEs se poursuivait toute la semaine, en faisant un petit détour par Quéven, avant de se terminer dans une tristesse profonde, plus tôt que prévu, due à l’actualité horrible de ce fameux vendredi 13.

Aimie et Gwen livre leur compte rendu.

 

 

voir la galerie photos 2015

 

Mercredi 11 :

La première partie de Lou Doillon était Tim Dup, 20 ans, seul avec son piano et ses différentes machines, il a envoûté le public avec sa voix cristalline. Le public écoute avec attention ses textes époustouflants, parfois mélancoliques et poétiques, sur les expériences de sa vie.

Il se présente avec humour et humilité; "Bonsoir, je suis la première partie". Enfin, il quitte la scène pour laisser place à l'artiste tant attendu Lou Doillon. 

La scène se transforme en une sorte de salon assez "cocooning" avec en fond un drap blanc éclairé par des ampoules suspendues. Lou Doillon arrive après la venue de ses musiciens, le concert commence. Dès les premières notes, on pouvait ressentir une atmosphère intimiste avec une Lou Doillon attachante et sur la réserve.

Certains spectateurs ont chanté avec elle quelques chansons mais elle n'a fait participer le public qu'à la fin du concert avec une chanson acoustique, guitare-voix. La timidité de cette artistes a touché le public, très bon choix de programmation de la part du festival des Indisciplinées. 

 

Vendredi 13 :

Après nous avoir demandé si nous avions été palpées, nous sommes entrées au coeur du festival des Indisciplinées 2015, un certain vendredi 13. A l’affiche, Flavien Berger, Jain, Ibeyi et Cotton Claw. 

Notre coup de coeur de la soirée: Ibeyi, mais nous avons été surprise par la jeune Jain! En effet, elle a su envoyé le public dans son univers. Remplis de joie et de percussion, elle nous a fait danser et rendue heureuse tout simplement.

Malgré son jeune âge, cela ne l'a pas empêché de soulever les foules avec un flow entrainant et une rythmique puissante. 

iBeyi se démarque clairement dans la programmation. Ces deux sœurs, d'origine franco-cubaine sont à la fois authentiques et touchantes. Leurs voix, belles et singulières, vont parfaitement ensemble. La musique qu'elles ont écouté toute leur enfance se ressent sur leur album.

En entrant sur scène, elles ont déployés une atmosphère reposante et calme. "Ce n'est pas facile de jouer après ce que nous venons d'apprendre" disent-elles car malgré les attentats de Paris, elles ont tenu à jouer parce qu'elles croient en la fraternité des hommes. 

C'était donc le troisième et dernier soir des IndisciplinéEs 2015. Au grand regret des organisateurs mais en solidarité avec les familles des victimes, la soirée du samedi n’aura pas lieu.

Pour continuer à parler musique, on peut dire que cette année encore, la programmation, comme tous les ans d'ailleurs, était à la hauteur de nos attentes et espérances. Malgré tout, difficile pour tout le monde d’en garder un souvenir heureux au vu des tristes événements.

 Aimie et Gwenn