Charrues 2018: et de 3...

 Réveil un peu plus difficile qu’hier mais l’enthousiasme est toujours présent. C’est un véritable plaisir d’être ici, l'organisation est vraiment top, on est bien et l'accueil parfait, une très belle expérience.

 

Cette troisième journée débute par une douce voix, pleine d’émotion, Charlotte Cardin. Cette artiste de 23 ans nous vient tout droit du Québec. Elle s'est fait connaître grâce à l’émission « La voix » au Québec, connue sous le nom de « The voice » en France, en 2013. Depuis, elle a sorti 2 EPs et quelques singles que je vous invite à aller écouter au plus vite!

Le public, les yeux rivés sur elle, est envoûté. Une prestation tout en sobriété et un regard profond qui plaît. Les festivaliers sont attentifs à chaque mélodie. Un grand bravo pour cette belle prestation !

 

Après son show, elle nous rejoint pour la conférence. Elle nous raconte qu’elle est en Bretagne depuis deux jours. Qu'avant les Vieilles Charrues, elle a pu profiter de notre beau paysage breton à Crozon, qui est pour elle un endroit paradisiaque. Elle écrit ses textes quand elle est triste afin de canaliser cette énergie négative, c’est pour ça que la mélancolie est omniprésente dans toutes ses chansons. Elle parle aussi de ses amis, en se mettant à leur place parfois, elle est toujours intriguée et intéressée par les relations humaines et ce qui l’entoure. Ses textes sont nourris de ce mélange. La chanteuse nous dit aussi que c’est grâce à sa sœur qu’elle s’est mise au chant et qu’elle ne chante pas en français, l’anglais lui permet de se poser moins de question mais lui met plus de pression. La québécoise se sent très bien accueillie en France, qu'elle considère comme son deuxième pays.

Pour finir, Charlotte nous avouait ne pas être stressée lorsqu'elle chante en public, elle se sent toujours très détendue et on ne peut pas dire le contraire après l’avoir vue sur scène! Pendant cette journée, Leska, le duo electro, nous a accordé une interview sympathique, à retrouver sur le site ! Après cet échange, direction les plaines des Charrues pour voir quelques concerts. À 19h30 un homme mystérieux, à la voix grave et aux textes sombres débarque sur scène, je vous présente Damso ! C’est un rappeur qui vient de Belgique, il a commencé le rap il y 12 ans mais s’est fait seulement connaître en 2015 grâce à Booba. Il a sorti 3 albums depuis 2016. Son show le représente de A à Z, simple mais marquant, le public connaît les paroles par coeur et Damso s’en amuse. Ses échanges avec le public sont intégrés au concert. On n’en attendait pas moins de ce rappeur de 26 ans, très attendu pour ce troisième jour de festival, tout le monde est content de le voir enfin ! Sa prestation s’est terminée par « Macarena » de quoi faire hurler chaque personne présente devant la scène Glenmor. En tout cas, pas déçue par cet artiste mais le concert était peut être un peu court !

Juste après Damso, petite pause pour se désaltérer et manger un peu. La fatigue commence à se faire ressentir mais on ne lâche rien, on continue, on aura tout le temps pour dormir à partir de lundi. Un petit peu de marche et nous voilà face à la scène Grall, on attend avec impatience l’arrivé de Leska, les rennais que nous avons rencontré un peu plus tôt dans la journée ! Leur show est à la fois énergique et posé, une belle prestation, ils sont présents sur scène et ne manquent pas de bouger avec le public, ils s’amusent et ça se voit ! De quoi donner de la pêche et le sourire aux festivaliers ! La suite de la soirée passe par une des têtes d'affiche de cette édition 2018.

il s'agit de Gorillaz, l'un des fameux projets de Damon Albarn, qui en a réalisé des albums depuis l'époque de Blur. Des gens à perte de vue, se déhanchant sur les morceaux de ces artistes, la folie était présente ! C’était LE concert à ne pas manquer, une ambiance de dingue dans la foule et la nuit était illuminée grâce à leur spectacle, les mélodies hip-hop, rock, reggae transcendent les festivaliers ! Chapeau à ce groupe qui donne de la vie à leur musique et le partage parfaitement !

 

La soirée se finit une heure plus tard à cause d’un problème technique, un karaoké géant a été mis en place pour faire patienter la foule qui attendait les Dj de la soirée. Le duo Ofenbach est arrivé à 3h, un peu moins de monde que prévu mais l’ambiance est quand même présente, la foule a pu s’éclater sur du Daft Punk, mais aussi sur les propres musiques du groupe ! Ce fut une journée fatigante mais passionnante ! Demain c’est déjà le dernier jour, tout va très rapidement ici, on va profiter à fond de ce dimanche !

 

 Loeiza et Naig - photos de Mr G