Vieilles Charrues 2015 - Debrief du Jeudi

Lors de cette première journée, outre le concert de la talentueuse Anna Calvi et les clowneries de Soprano, on retiendra surtout le show monumental de Muse, tête d'affiche de cette 24ème édition du festival.

 

Le passage du groupe britannique aux Charrues a attiré des fans venus de toute la France, et parfois même de pays voisins. Prêts à tout pour s'assurer une place de choix, certains d'entre eux se sont précipités vers la grande scène Glenmor dès l'ouverture du site. Postés au premier rang et déterminés à ne pas lâcher les barrières jusqu'au concert de leurs idoles, ils n'ont pas hésité à rester debout pendant près de 4 heures, en ignorant totalement les autres artistes jouant sur la scène d'en face. Dommage pour eux...

Mais ils n'ont pas attendu pour rien, car c'est donc un concert mémorable que Muse à donné ce soir là. Tandis que que les derniers rayons du soleil disparaissaient entre les arbres de la plaine de Kerampuilh, le trio mené par le charismatique Matthew Bellamy a enchaîné ses tubes puissants devant un public émerveillé. Chris Wolstenholme le bassiste et Matt à la guitare ont délivré tour à tour les riffs pénétrants qui sont caractéristiques du groupe, appuyés par le jeu de batterie intense de Dom Howard.

Les cinématiques diffusées en arrière plan et les artifices déployés ont intensifié le spectacle, créant une atmosphère à la fois obscure et grandiose. Après avoir vu surgir de nulle part d'énormes ballons noirs, le public a été couvert de confettis rouges et argentés, qui ont jailli en une explosion écarlate pendant que le groupe interprétait Mercy, un des titres phares de leur tout nouvel album « Drones ».

Parmi les autres temps forts du concert, on retiendra le duo intense basse / batterie, moment de complicité entre les deux musiciens, affranchis de l'autorité de leur leader, qui s'était éclipsé. Et aussi la longue et mélancolique intro à Knights Of Cydonia, l'ultime morceau jouée par Chris, ayant troqué sa basse contre un harmonica.

Joris & Raphaël