Vieilles Charrues 2015 - Un samedi très riche

A l'affiche pour ce samedi aux Vieilles Charrues une programmation riche, qui a attiré 67 000 festivaliers et qui laisse une grande place sur scène à de jeunes artistes.

 

Après Aurora, la petite norvégienne et ses airs profonds venus du grand froid, c'est au tour de George Ezra, jeune chanteur blondinet d'enchanter le public des Charrues. Entouré de son groupe, il chante de sa belle voix grave ses titres folk/rock aux accents teintés de blues. Entre ses propres chansons comme Listen To The Man, Budapest, qui lui ont permis d'accéder à une notoriété mondiale, et d'autres qu'il aurait aimé écrire telle Girl from the North Country de Bob Dylan il a assuré un concert haut en couleurs, au grand bonheur des festivaliers ravis.

Calogero, on passera. Direction donc : la scène Grall pour Isaac Delusion et leur pop rock psyché !

Avec leurs longs morceaux et leurs douces ballades entêtantes, Loïc le chanteur, usant de sa voix de tête, et ses 3 camarades ont fait planer le public.

Ensuite, ce sont les irlandais de The Strypes qui ont mis le feu aux Charrues depuis Kerouac, avec leur rock 'n' roll électrique. Le concert de ces petits jeunes (de 17 à 19 ans!) est un vrai retour en arrière sur la scène rock des sixties.

Pendant ce temps, Guillaume est à l'affût du cliché parfait.

On revient de nouveau vers Grall pour voir The Shoes, duo célèbre pour avoir collaboré avec de nombreux artistes, dont Woodkid. Appuyés par leurs musiciens, ils envoient leur électro savante et maîtrisée, avec quelques touches rock. Leur beat puissant aura réussi à faire bouger même les plus statiques des festivaliers.

C'est maintenant le gros son électro/rock de The Prodigy qui fait trembler la plaine de Kerampuilh à coup de basses lourdes et assourdissantes. Menés par le punk Liam Howlett, leur leader, ils ont déchaîné la foule épileptique comme on l'a rarement vu.

Un peu plus tard, Madeon, DJ à l'air juvénile a transformé la plaine de Grall en dance-floor géant, entraînant le public, majoritairement jeune, avec son électro magique.

Juste avant l'arrivée de la bande de Joey Starr, le président des Charrues débarque sur la scène Glenmor. Après quelques mots, il invite le duo Krissmen et Alem à interpréter quelques titres de leur insolite association de chants traditionnels bretons et de beatbox, en teasing de leur concert du lendemain. Les deux beatboxers, mis en lumière par le label Charrues cette année, sont les petits chouchous des programmateurs.

Et voilà que débarquent sur la scène Joey Starr et son groupe Carribean Dandy. Sans complexe, le rappeur répond à tous les clichés en gueulant ses "nique la police" et de "majeur en l'air" de sa voix rauque. Quand il y a du texte, on peine à le comprendre, le son trop fort rend les paroles inintelligibles. C'est bien dommage...

Joris