Broken Back, de St Malo à Quéven

De passage aux Indisciplinées, le jeune artiste breton a accepté, très gentiment, de nous recevoir et de répondre à nos questions. Il nous a parlé de ses influences, de son style musical, de son lien avec la Bretagne et d'Internet, qui aura joué un rôle important dans son éclosion.

 

Votre style musical est vraiment varié, on passe aussi bien de l'électro au folk, est-ce une volonté forte de mixer les styles ?

Non ce n'est pas forcément un choix, j'essaye juste de m'amuser sans me poser trop de questions. J'ai écouté beaucoup de folk quand j'étais jeune. J'écoutais Cat Stevens et d'autres artistes dans cette veine-là. Du coup, c'est vrai que c'est un style dans lequel je me sens bien pour composer et écrire des chansons. Le côté électro arrive au moment de produire les titres quand je suis dans mon studio à st Malo.



Quels sont les 2/3 moments clés de votre parcourt artistique ?


Il y en a beaucoup, j'en trouve bien plus que 2 ou 3. Toutes les étapes sont importantes. Après, je citerai plus des moments qui m'ont marqué personnellement et qui resteront très importants à mes yeux. À Saint Malo par exemple, dans ma ville natale où je suis revenu jouer en public devant les remparts. C'était mon premier concert à la maison après une cinquantaine de dates un peu partout en France et à l'étranger. J'étais très ému. C'était assez étrange comme sensation de me dire que j'étais en train de faire une fusion des deux vies: la nouvelle, ma vie d’artiste et l'ancienne, mon adolescence. Mes premiers festivals m'ont également marqué, ma première scène m'a beaucoup touché. C'était au Papillon de nuit devant six ou sept mille personnes. Ça a été ma première grosse sensation de musicien, c’était fort de ressentir la vibration et l'énergie d'autant de personnes.



Quels sont les artistes musicaux qui vous ont le plus marqué ?

Dans les anciens justement Cat Stevens, c'est celui que j'aime bien citer parce que j'ai écouté tous ces albums des centaines de fois quand j'étais plus jeune. C'est mon père qui en était fan. J'écoute toujours énormément Buena Vista Social Club. C'est de la musique cubaine et c'est quelque chose qu'on peut retrouver dans mon album avec tous les petits instruments et les petites percutions que j'aime beaucoup, cela rajoute quelque chose de plus organique dans mes musiques.



Vous faites tout vous-même serait-il possible que vous composiez un jour avec d'autres personnes ou cela vous paraît impossible ?

Si, c'est possible. J'ai déjà fait un titre avec Synapson qui s'appelle Fireball ou encore un titre avec Klingande, appelé Riva qu'on a sorti ensemble il y a 3 ans maintenant. D’autres collaborations sont en cours également en parallèle avec mon nouvel album et de nouvelles chansons qui vont sortir.

 

En tant que Breton, est-ce particulier de jouer en Bretagne ?

Bien sûr à chaque fois ! C'est super important, je me sens bien. C'est quelque chose de dur à expliquer mais quand on est chez soi on se sent à la maison et je le ressens aussi dans la manière dont les gens me reçoivent, au niveau du public au niveau de l'accueil. C'est toujours des concerts très importants pour moi.

 

On parle souvent de la scène musicale parisienne. On se rend compte qu'avec ce festival, de nombreuses régions sont représentées. Est-ce que c'est plus difficile de faire sa place loin de cette capitale ?

Non, je pense que ce n'est pas un problème de région parce qu'avec internet tout va très vite. Moi mon projet a commencé sur Internet principalement aux États-Unis avant d'être connu en France. Je ne peux pas vraiment expliquer pourquoi, donc je pense que ce n'est pas un problème de régions. Je pense que c'est important de tourner, de rencontrer son public et de se laisser porter par la magie d'Internet, outil qui permet de s’émanciper. Mes chansons ont voyagé d'elles-mêmes en ligne et là on ne choisit pas où mais ça donne des idées pour savoir où aller à l'étranger pour faire des concerts.

Quels sont vos futurs projets ? Est-ce que vous avez déjà des idées ?

Oui,  il y en a un qui est en train de se concrétiser, un tout nouveau morceau qui sort dans quelques jours. J'avais envie aussi de faire un clip sur ce morceau qui sera mon 3 ème clip officiel. Il sortira le 22 avec un clip interactif. En tant qu'internaute, tu as le pouvoir de changer l'histoire en changeant les vêtements des personnages en live, ce qui entraîne le changement d'action des personnages donc tu peux voir le clip de 10 manières très différentes. J'ai hâte de pouvoir vous le partager.



Qu'est-ce que ça fait de se retrouver aux victoires de la musique ?

C'était émouvant. J'avais beaucoup de mal à croire à ma nomination. C'était aussi la première fois que je jouais au Zénith, tout s'est passé très vite mais c'était un plaisir. J'ai hâte de rejouer sur cette scène-là, c’est un rêve même de rejouer seul là-bas sur un concert entier pas qu'un morceau.

 

Est-ce que vous connaissiez les Indisciplinées avant de venir ici ?

Non je ne connaissais pas du tout. J'ai appris que c'était la 12ème édition cette année. Mais je suis ravi de venir ici cette année en Bretagne !

 

Interview de Julie et Léo P.