La Rumeur


 

Heureux de leur troisième concert suite à la sortie de leur dernier album, ils sont fiers d'avoir conquis le public des Vieilles Charrues. Une petite demie-heure plus tard, nous les retrouvons en salle de conférence pour un dialogue entre Ekoué et les journalistes, plein de franchise et d'authenticité.

Découvrez toutes les photos dans notre galerie "Vieilles Charrues 2012"

 

Un public conquit

"On avait peur de ne pas avoir le show dans les pattes, mais finalement tout s'est bien passé! On craignait de ne pas avoir beaucoup de monde face à la scène, et le public breton a répondu présent. La majorité de notre fan-base est d'ailleurs bretonne. On a été à Saint-Brieuc, Guingamp, Brest, Quimper, Vannes, Brest... On connait bien la Bretagne et son public très investi".

Le public de La Rumeur est très hétéroclyte. En écoutant leurs textes durs sur les problèmes de banlieue, on pourrait s'attendre à un public stéréotypé. Mais beaucoup de monde s'intéresse au rap, sous toutes ces formes, aujourd'hui. "Aujourd'hui tout le monde écoute du rap en France, c'est une musique reconnue et elle existe depuis 30 ans".

 

Politique

Hamé, membre du groupe, sort d'un procès avec Nicolas Sarkozy qui l'attaqué pour diffamation envers la police il y a 8 ans. Long processus judiciaire qui a commencé avec un article titré "Insécurité sous la plume d'un barbare", écrit par Hamé. La Rumeur s'est battu lors de ce procès en apportant leurs preuves de la légitimité des propos rapportés dans l'article. Le combat s'est soldé par une victoire du groupe, qui leur donne aujourd'hui plus de force dans leurs convictions.

Ekoué n'attend d'ailleurs rien des "grands hommes" politiques. "On n'est pas encore sorti du Sarkozisme qui a fait énormément de dégâts. Il a déchiré les liens sociaux et hystérisé les gens. Je préfère m'intéresser aux réseaux associatifs plutôt que d'écouter ce que ses hommes racontent..."

 

Préparer l'avenir des enfants

Dans les textes de La Rumeur, on remarque une attention particulière portée aux enfants, notamment dans "On ne joue pas dans la même cour". "On  veut insufler aux jeunes des références, pour qu'ils sortent des sentiers battus et réfléchissent par eux mêmes. On organise des ateliers d'écriture, on va voir les mômes dans les quartier pour leur proposer des choses à lire. Parce que quiconque s'intéresse au rap ou en fait doit beaucoup lire. Le rap est une musique des mots."

 

Victoires de la Musique, My Major Company...

"On a été en Major, c'est pour ça qu'on a eu un discours assez critique dessus. Mais le tout, c'est de savoir où ça va t'amener. Soit tu laisses la Major t'amener dans les playlist de Skyrock, ou bien tu profites de cette popularité autant que possible pour aller dans la direction que tu choisi. En ce qui concerne My Major Company, ça peut être un schéma intéressant de distribution de la musique. Mais si c'est pour sortir des variétés bidons, ça ne m'intéresse pas.

C'est la même chose avec les Victoires de la Musique. Je n'y porte aucun crédit pour la simple raison que ça ne m'intéresse pas et que je trouve ça chiant. Ce qui m'intéresse c'est de voir comment des groupes indé réussissent à créer des propositions alternatives par le net, et surtout le live. Nous avons un rapport artisanal avec notre travail, dans la musique comme dans le ciné. On veut que ça nous ressemble."

 

Grande date annoncée pour La Rumeur: leurs 15 ans seront fêtés à l'Olympia à Paris le 8 novembre prochain.