Review: Lucky Peterson aux Arcs

Le dernier passage de Lucky Peterson aux Arcs date de 14 ans. Sa venue était très attendue par les fans du bluesman.

C’était une découverte pour Julie et Flavie. Elles nous livrent leurs impressions.

 

Commençons par le jeune artiste anglais qui se produisait en première partie: Thomas Ford. Une des révélations actuelles du blues européen. Chanteur, guitariste, harmoniciste et percussionniste, c’est un véritable homme-orchestre. S’accompagnant d’une guitare à résonateur au slide velouté ou rugueux, il s’empare du Delta blues en le revisitant par ses propres compositions.

Le public a participé face à cette énergie, ce qui a été beaucoup moins le cas avec Lucky Peterson où l’interlocution avec le public était presque inexistante. On peut donc dire que l’on a préféré sa prestation, plus dynamique et interactive.

Pourtant s’était bien pour Lucky Peterson que le public s’est déplacé aussi nombreux ce samedi 17 mars. Ce fut d’ailleurs une découverte pour nous toutes. Lucky Peterson est un guitariste, organiste et chanteur de blues américain, né à Buffalo, New York, le 13 décembre 1964. Très connu dans le blues, particulièrement en France où il y fait cette année, une nouvelle tournée.

Un concert très long à démarrer, une impression d’improvisation totale pendant toute la durée du spectacle… Les musiciens, malheureusement, pas toujours en accord avec lui ainsi qu’une voix exceptionnelle de Lucky Peterson, très peu entendue et n’allant jamais jusqu’au bout…

Ce dernier, connu pour son jeu de guitare, l’a uniquement sortie à la fin.
Et c’est là… que le concert à vraiment « commencé »...
Une chanteuse est ensuite arrivée sur scène et a mis le feu durant les dix dernières minutes.

Nous n’avons pas forcément été très touchées par le style musical de Lucky Peterson. Très déçues, trop monotone à notre goût. Nous avons trouvé la première partie bien plus impressionnante.

Julie et Flavie