Yves Jamait, "Le Petit Paul" de la musique

Yves Jamait est un auteur compositeur interprète qui a tardé pour arriver sous le feu des projecteurs.  Cuisinier de métier il commença la musique à 40 ans en s'inspirant de ceux avec qui il partage la scène: Maxime Le Forestier, Anne Sylvestre, Charles Aznavour et bien d'autre encore. Connu à Auxerre sous le surnom de « Petit Paul », le chanteur de variété française en est à son 7ème album.

 

 

A quel âge avez-vous commencé la musique?

En fait moi j'ai pas vraiment commencé la musique. J'ai fait un petit peu de musique entre guillemet, solfège vers les 12 ans mais j'ai arrêté assez vite et puis en fait j'ai commencé à apprendre la guitare pas loin d'ici à Arradon.  J'ai appris mes deux premiers accords de guitare et puis après j'ai été un peu chiner par ci par là des accords, des trucs comme ça, mais j'ai jamais vraiment appris la musique. Je voulais faire des chansons, depuis le début, enfin j'aimais bien les chansons et j'avais envie de chanter des chansons avec une guitare. Il se trouve que la guitare c'était assez pratique pour le faire.

 

Quelle est votre manière de composer, le processus de création?

Pour le processus de création, je n'ai pas de méthode bien précise, un système précis pour faire des chansons.  Je peux commencer par parole/musique, par les deux en même temps, par l'un ou l'autre.  Parfois c'est un texte qui va m'emmener, mais en général on va se retrouver dans quelque chose de très métrique, ou alexandrins ou octosyllabes, des choses comme ça, et après il faut que je cherche la musique dessus. Mais depuis quelques albums je trouve des mélodies, j'essaie de coller les mots dessus, ce qui est un peu plus anglosaxon dans la façon de faire, mais je n'ai pas vraiment une méthode. Je suis cuisinier de métier à la base, je suis devenu chanteur à 40 ans, quand on a les bases de la cuisine on peut se permettre de faire absolument ce qu'on veux, c'est à dire tiens je vais mettre de ça puis de ça et je vais obtenir un truc.  Disons que j'ai des bases un petit peu de partout et je m'en sert pour faire aussi des chansons, il y pas de recette à proprement parler.

 

Quelles sont vos influences?

C'est très difficile de dire qui m'a influencé. J'ai beaucoup écouté de chansons françaises et je n'ai pas été très inspiré par les anglosaxons. Il y avait à l'époque ceux qui étaient plus Bob Dylan, ceux qui étaient Beattles ou Rolling Stones, ceux qui étaient plutôt Bob Marley.  J'ai écouté, ça m'a plu mais pas non plus enthousiasmé au possible. Ce qui m'enthousiasmait c'est les gens qui chantaient des chansons, donc je dirais plutôt les Maxime Le Forestier, Henry Tachan, Beranger, Moustaki et tutti quanti, voilà plein de gens comme ça, des gens qui étaient dans ma discothèque.

 

Qu'est-ce qui a changé dans votre musique sur votre dernier album?

Ce qui a changé c'est que j'ai confié les arrangements à 2 gars du groupe tryo, Manu Eveno le guitariste et Daniel Bravo le percussioniste et assisté par la suite par mon accordéoniste, Samuel Garcia qui a complété la chose.

 

Vous avez collaboré avec de nombreux artistes, quelle est la plus belle rencontre?

Ça n'a pas été forcément une collaboration mais pour moi c'est Maxime Le Forestier, c'est le monsieur que j'ai écouté le plus. J'ai eu la chance d'avoir été invité chez lui avec ma femme et ma fille, ce qui m'a fait plaisir et j'étais un peu comme un gamin devant des cadeaux, c'était assez émouvant.  Après j'ai fait d'autres très belles rencontres, enfin il y a plein de gens. J'étais un auditeur de chanson et maintenant j'ai l'occasion de rencontrer les gens qui en font, les acteurs de la chanson et pour moi c'est toujours une belle rencontre de pouvoir partager avec des gens comme ça.

 

Vos débuts en tant qu'artiste étaient t-ils compliqués?

Non, parce que ce que je te disais tout à l'heure, je suis devenu chanteur à 40 ans, alors je ne me suis pas dit à 40 ans je vais me lancer et faire chanteur, mais j'avais envie d'écrire, de faire des chansons. Puis j'ai rencontré un mec qui faisait de la musique, qui jouait à pas mal d'instruments et on s'est dit,  tiens, on va faire un petit duo, puis on a fait un trio d'ailleurs qui s'appelait de "verre en vers".  Il se trouve qu'en 2 ans on a rempli des salles de 500 personnes dans notre région et on a fait 42 dates la dernière année où l'on étaient pas professionnels. On s'est dit pourquoi on essaierait pas? mais vraiment comme ça et puis derrière il y 3 disques d'or, les salles se sont encore plus remplies et depuis je vis de ça.

 

Quel est le plus gros changement entre votre début de carrière et aujourd'hui?

C'est souvent assez professionnel, c'est à dire qu'il y a des choses où malgré que j'ai commencé assez tard, ce qui fait que j'avais une certaine maturité, il y a des choses où on se fait moins avoir après.  Il y avait beaucoup de gens qui tournaient autour de ces métiers, qui n'ont rien à y faire et qui se collent au succès. Voilà avec le temps on arrive à se débarrasser de ces gens là, qui n'ont en général aucun intérêt, qui présentent plus  d'inconvénients que d'avantages, qui ne sont pas forcément utiles, et on les évite. C'est plus des choses comme ça, et puis ce que l'on disait toute à l'heure dans la création, je sais plus quand ça ne va pas me servir, quand je créé un truc, je sais plus quand je suis en train de m'éloigner. Je sais plus vite que je vais rapidement m'ennuyer et qu'il faut que je passe à autre chose.

 

Etes-vous satisfait de votre carrière?

Oulala! la satisfaction c'est quelque chose qui m'est assez étranger, et j'ai du mal avec l'auto-satisfaction. Je suis plutôt content de voir toujours des gens qui viennent aux spectacles, de pas avoir fait une carrière qui soit une carrière de télé ou de star, je suis très heureux de ça. Je suis plutôt heureux de faire ce métier comme je le fais, de façon artisanale en préparant mes chansons, ce que je voulais c'est être sur scène et j'ai la chance d'y être beaucoup plus que certains qu'on voit à la télé. Je n'aimerais pas faire ce métier là.  Après satisfait ???? Heu, je vais finir ce concert ce soir et ce qui m'importera c'est le prochain concert. Je ne vais pas me vautrer dans la soirée de ce soir en me disant qu'est-ce que c'était bien, qu'est-ce que c'était bien. Je serai très heureux d'avoir fait le travail s'il est bien fait, et si il y a des choses à refaire on verra avec les musiciens. Donc je peux pas être satisfait, la satisfaction ça voudrait dire je m'arrête et que je regarde en me disant qu'est-ce que c'est bien. Je suis heureux quand le spectacle s'est bien déroulé, que les gens sont heureux. De plus je suis conscient que lorsqu'on vient à un spectacle on paie, et donc on doit avoir un truc qui nous satisfait en tant que public. J'ai vu des artistes se comporter en enfant gâté alors que c'est le public qui devrait être gâté.

 

Quels sont vos projets futurs?

Hmmm..... continuer, continuer et puis vivre par les temps qui courrent, et pouvoir me réveiller voir mes enfants tout les jours et continuer à faire ce métier. Mais j'ai pas de projet particulier, si je vais être à la Cigale mais ce n'est plus un projet puisque la Cigale est pleine au mois d'avril. Il y a un projet qui arrive, un projet pour une grosse salle parisienne, dont je ne vais pas parler car pour le moment ce n'est pas encore dévoilé.

 

Le projet rêvé?

J'ai la chance d'avoir réalisé un rêve d'enfant. Aujourd'hui, je fais plaisir à l'enfant que j'étais mais le rêve, je vais pas dire que je suis dedans mais j'ai la chance de faire ce que j'aime. Si j'ai un rêve, il se reportera sur mes enfants en me disant "j'espère qu'ils pourront vivre la même chose"

Pour terminer, petit blindtest culture: un livre, un film, un chanteur préféré?

Un livre, en ce moment je suis en train de lire un homme révolté de d'Albert Camus, qui est un excellent livre. Je viens juste de lire la chute de Camus qui est un très très beau livre. Un film, je viens de voir un film qui s'appelle Alabama Monroe que j'ai trouvé super beau. Et puis, un chanteur, je vais dire en ce moment Babx qui est plutôt compositeur mais qui chante aussi. Il vient de faire un disque qui s'appelle "cristal automatique" un disque où il revoit tous les poètes: Baudelaire, Rimbaud et des gens comme ça et je trouve ce disque absolument formidable.

 Interview signée Rapha